Le mariage

Avant le mariage :

Les empêchements au mariage :

Le mariage d'un étranger en situation irrégulière

Le mariage blanc (ou de complaisance)

Après le mariage :

Le mariage célébré à l'étranger
Le mariage célébré par les autorités consulaires en France

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Quelles sont les conditions à remplir pour se marier ? sont-elles les mêmes pour les étrangers et les Français ?

Les conditions sont les mêmes pour les étrangers et les Français :
  • il n'est pas besoin que l'étranger soit en situation régulière et en justifie (c'est-à-dire qu'il ait un titre de séjour en cours de validité)
  • les époux doivent être de sexe opposé (homme et femme)
  • le futur époux doit être majeur (avoir au moins 18 ans) et la future épouse doit être âgée de 15 ans au moins (le mariage doit être consenti par les parents si elle a moins de 18 ans)
    Au-dessous de ces âges, le mariage peut être autorisé, après avoir obtenu une dispense du procureur de la République, en cas de grossesse.
  • la polygamie est interdite en France
    • vous ne pouvez pas vous marier si vous êtes encore dans les liens d'un précédent mariage
    • en France, la polygamie est une infraction : cliquer ici pour connaître les sanctions
  • le mariage est interdit entre parents et enfants, frères et soeurs, oncles et nièces ou tantes et neveux
  • le consentement des époux est une condition essentielle de la validité du mariage
    • les mariages "blancs" sont nuls car l'intention des époux de vivre ensemble n'est pas réelle
    • le consentement au mariage ne doit pas non plus avoir été donné sous l'empire de la violence ou par erreur

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Quelles sont les pièces à fournir ?

Il faut déposer le dossier complet à la mairie au plus tard 20 jours avant la date prévue du mariage.

Vous pouvez retirer la liste des pièces en mairie. A titre indicatif :

  • pour la publication du mariage, les pièces exigées sont les suivantes :
    • un certificat médical prénuptial datant de moins de 2 mois
      • vous devez consulter un médecin qui vous le remettra après examen médical
      • les résultats de l'examen sont tenus secrets ; vous n'êtes pas obligé de les faire connaître à votre futur conjoint
      • l'examen médical a lieu pour que vous vous mariez en connaissance de votre situation médicale
      • vous devez transmettre le certificat médical à la mairie aux services de l'état civil
    • une preuve de domicile qui permet au maire de vérifier qu'il est territorialement compétent pour célébrer le mariage
      • il faut que l'un des futurs époux réside dans la commune de célébration du mariage depuis au moins un mois avant la date de publication
      • une simple déclaration sur l'honneur suffit, sans que puisse être exigée la production de tout autre justificatif (titre de propriété, quittance de loyer, EDF...)
    • une preuve de votre identité
      • n'importe quelle pièce, même périmée suffit : passeport, carte d'identité, permis de conduire, carte d'identité consulaire...
      • en outre, en cas d'impossibilité ou de refus de présenter une pièce d'identité, le maire ne peut refuser ou retarder la célébration du mariage mais seulement saisir le procureur de la République
      • le procureur de la République peut faire procéder à une enquête au terme de laquelle éventuellement, il peut s'opposer au mariage
  • pour la célébration du mariage, les pièces à produire sont les suivantes :
    • un extrait d'acte de naissance de chacun des époux, datant de moins de 3 mois, s'il a été délivré en France, ou de moins de 6 mois s'il a été délivré dans un DOM-TOM ou un consulat
      • l'extrait d'acte de naissance peut être remplacé par un acte de notoriété si l'un des époux est dans l'impossibilité de l'obtenir
        Ce document est délivré par le tribunal d'instance du lieu de naissance ou du domicile du futur époux, sur déclaration de 3 témoins.
      • les actes délivrés par une autorité étrangère doivent être acceptés, quelle que soit leur date de délivrance ; ils doivent être traduits et légalisés
        • la traduction est faite :
          • soit par un traducteur figurant sur la liste d'experts judiciaires
          • soit par le consul de France dans le pays étranger où l'acte a été dressé
          • soit par les consuls étrangers en France
        • la légalisation :
          • qu'est-ce ?
            Il s'agit d'une mesure administrative qui a pour but d'authentifier la signature de l'acte, par l'apposition d'un contreseing officiel
          • certains pays sont dispensés de cette légalisation : renseignez-vous auprès des autorités de votre pays
    • la liste des témoins
      Il faut au moins un témoin par époux, et ces témoins doivent être majeurs.
    • Un certificat de coutume ou un certificat de célibat peut être demandé dans 2 hypothèses :
      • il arrive que les documents exigés par la loi française ne suffisent pas au maire pour vérifier que les conditions sont remplies (notamment pour s'assurer que vous n'êtes pas déjà marié)
        • dans certains pays, il n'y a pas de mention en marge de l'acte de naissance susceptible, comme en France, de révéler l'existence d'un précédent mariage
        • le maire peut demander toute pièce d'état civil sur ce point
        • à défaut, il doit exiger la production d'un certificat de coutume : il s'agit d'un extrait de la réglementation du pays d'origine sur l'état civil
        • ce document peut être délivré par les autorités de l'État d'origine de l'étranger (consulat, ministère...)
        • en cas de refus ou d'impossibilité de fournir un certificat de coutume, le maire doit célébrer le mariage, si les conditions sont remplies
          En cas de difficulté, il doit saisir le procureur de la République qui peut mener une enquête et éventuellement s'opposer au mariage
        • si le futur époux étranger se prévaut d'une loi personnelle plus contraignante que la loi française, le maire ne lui demandera pas d'autre document
        • le futur conjoint étranger peut se prévaloir d'une loi personnelle plus favorable que la loi française
          • dans ce cas, le maire doit exiger un certificat de coutume pour connaître la loi étrangère ou un certificat de capacité matrimoniale
          • si la loi étrangère va à l'encontre de l'ordre public français (loi autorisant le mariage entre alliés, la polygamie...), le maire doit refuser de célébrer le mariage
          • en cas de difficulté, il doit saisir le procureur de la République
  • Si vous êtes détenu, le mariage peut être célébré en prison ou à l'extérieur
    • si vous n'êtes pas encore jugé (c'est-à-dire que vous êtes en détention provisoire), vous pouvez demander une permission de sortie sous escorte de 3 jours au plus pour vous marier, soit au juge d'instruction, soit à la juridiction de jugement
    • si vous êtes condamné définitif, vous pouvez former la même demande après avoir exécuté la moitié de votre peine et si le reste est inférieur à 3 ans
      La décision est prise par le juge de l'application des peines
    • en pratique, il est très difficile pour un étranger de bénéficier d'une telle mesure, surtout s'il est sous le coup d'une mesure d'éloignement

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Quelles sont les démarches à accomplir ?

  • Il faut communiquer la date de mariage au maire, au moins 2 mois avant la cérémonie.
  • 2 mois au plus tard avant la cérémonie, il faut passer une visite médicale pour obtenir le certificat prénuptial.
  • Si vous voulez établir un contrat de mariage, il faut prendre un rendez-vous avec un notaire pour l'établir.
    A défaut, votre mariage sera soumis au régime légal.
  • Il faut déposer le dossier constitué des pièces exigées à la mairie au plus tard 20 jours avant la date du mariage.
    Attention :
    l'obtention de certaines pièces peut être longue.
  • Le maire fait publier les bans (liste officielle annonçant votre mariage, affichée pendant 10 jours sur la porte de la mairie) 15 jours avant la date du mariage  dans la commune où il sera célébré.
  • Toutes les formalités sont gratuites (sauf la visite chez le médecin et chez le notaire).
  • Le jour du mariage, un livret de famille vous est remis.
  • Le mariage religieux n'est pas obligatoire.

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


L'Administration peut-elle refuser de vous marier ?

Oui dans certains cas :

  • le maire ne peut refuser de vous marier que si :
  • Le refus d'un maire de célébrer un mariage en raison de l'irrégularité du séjour du futur conjoint constitue une voie de fait qui engage la responsabilité du maire (TGI Valence, référé, 8/11/02, n°02/00513).
  • par contre, si le maire constate des retards et des réticences répétées pour constituer le dossier, l'existence de traces de coups, l'intervention d'un tiers servant d'interprète entre les époux... (autant de situations qui peuvent lui paraître suspectes) ou s'il vous suspecte d'un mariage blanc, il ne peut lui-même refuser de vous marier.
    • il peut procéder à l'audition des futurs époux avant de publier les bans (article 63 du Code civil)
    • il peut saisir le procureur de la République
    • en pratique, le maire saisit systématiquement le procureur de la République en cas de mariage mixte (entre un Français et un étranger)
  • vous êtes alors informé de la saisine du procureur de la République (en général, par courrier avec accusé de réception)
  • que peut faire le procureur de la République ?
    Il a 15 jours pour prendre une décision ; pour ce faire, il peut faire mener une enquête et vous convoquer.
    Il peut prendre 3 types de décisions :
    1. il peut décider de reporter la célébration du mariage
      • la durée du sursis (report) ne peut excéder 2 mois
        • au-delà, le maire est tenu de célébrer le mariage, si le procureur de la République ne s'y est pas opposé
        • si le procureur de la République s'oppose au mariage, le maire ne peut le célébrer
      • vous pouvez contester la décision de report devant le premier président du tribunal de grande instance
        • celui-ci devra statuer dans un délai de 10 jours
        • si la décision du tribunal de grande instance ne vous satisfait pas, vous pouvez ensuite exercer un recours devant la cour d'appel qui devra également rendre sa décision dans un délai de 10 jours
    2. il peut aussi s'opposer au mariage
      • dans quels cas ?
        • pour défaut de consentement (mariage "blanc", violence...)
        • pour fraude à la loi de nature à faire prononcer l'annulation du mariage
        • il ne peut pas s'opposer à votre mariage, au motif que l'étranger est en situation irrégulière
      • comment se présente une opposition au mariage ?
        • il s'agit d'un acte d'huissier
        • l'opposition est visée par le maire
        • elle vous est signifiée à votre domicile
      • y-a-t-il un recours contre l'opposition ?
        • vous pouvez contester les motifs de l'opposition et en demander la mainlevée au tribunal de grande instance qui devra se prononcer dans les 10 jours. Il faut prendre un avocat.
        • en cas d'appel, il est statué dans les mêmes délais
    3. s'il garde le silence, le mariage peut être célébré au bout des 15 jours dont il disposait pour rendre sa décision
  • Si vous êtes en situation irrégulière, le procureur de la République ne peut pas s'opposer à votre mariage pour ce motif.

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Un étranger en situation irrégulière peut-il se marier ?

  • Oui : aucune condition tenant à la régularité du séjour n'est exigée.
  • Cependant, il faut faire attention
    • en vous mariant, vous risquez d'alerter les autorités
    • les maires saisissent systématiquement le procureur de la République de tous les mariages mixtes (entre un étranger et un Français)
      En effet, le maire ne peut s'opposer à votre mariage mais il doit informer le procureur de la République s'il a connaissance d'un délit ou s'il a un doute sur votre intention de fonder un foyer.
    • or, le séjour irrégulier et le mariage de complaisance sont des délits
    • que peut faire le procureur de la République ?
      • avant votre mariage, le procureur peut faire mener une enquête,  reporter sa célébration ou vous laisser vous marier. Cliquer ici pour plus de précisions sur la procédure.
        • en tous les cas, le procureur de la République ne peut pas vous empêcher de vous marier en raison de votre situation irrégulière (il peut s'opposer à votre mariage, mais pour d'autres raisons : mariage blanc...)
        • si le procureur s'oppose à votre mariage au motif que vous êtes en situation irrégulière, vous disposez d'un recours devant le tribunal de grande instance, qui devra se prononcer dans un délai de 10  jours (en cas d'appel, il est statué dans les mêmes délais)
      • à tout moment, le procureur de la République ayant connaissance de votre situation irrégulière peut vous faire juger par les juridictions pénales
        Vous pouvez être condamné à une peine de prison et/ou d'amende.
      • après le mariage
        • dès après le mariage :
          A certaines conditions, l'étranger en situation irrégulière peut obtenir un titre de séjour.
        • au bout de 3-4ans de mariage et de vie commune avec un(e) Français(e) :
          S'il est en situation régulière et marié avec un(e) Français(e), le conjoint étranger peut :
          • obtenir la nationalité française au bout de 4 ans de vie commune
          • demander une carte de résident au bout de 3 ans de vie commune (pour les Algériens et les Tunisiens, le délai de vie commune est d 'une année)

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Comment peut-on découvrir que l'étranger est en situation irrégulière, et que se passe-t-il alors ?

  • Comment peut-on découvrir que l'étranger est en situation irrégulière ?
    1. à la préfecture (pour une demande de renouvellement d'un titre de séjour déjà expiré...)
    2. par une dénonciation
    3. lors d'un contrôle d'identité
    4. lors d'une enquête policière de flagrance : drogue, vol...
    5. lors de votre demande de mariage à la mairie
      • en vous mariant, vous risquez d'alerter les autorités
      • les maires saisissent souvent le procureur de la République au sujet d'un mariage mixte (entre un étranger et un Français)
        En effet, le maire ne peut s'opposer à votre mariage, et il ne peut vérifier lui-même votre situation ; mais il doit informer le procureur de la République s'il a connaissance d'un délit ou s'il a un doute sur votre intention de fonder un foyer.
  • Que se passe-t-il alors ?

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Quels sont les risques et les avantages du mariage pour un étranger en situation irrégulière ?

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Que faire si le maire refuse de célébrer le mariage ?

Il y a 3 types de démarches que vous pouvez successivement entreprendre :
  1. La plus simple consiste à envoyer au maire une lettre en recommandé avec accusé de réception dans laquelle vous lui rappelez qu'il ne peut refuser de vous marier au motif que vous êtes en situation irrégulière.
  2. Si le maire reste silencieux ou s'il maintient son refus, il faut lui faire délivrer, par acte d'huissier, une sommation interpellative rappelant que vous avez produit toutes les pièces nécessaires, et que rien ne lui permet plus de refuser la célébration du mariage.
    • cet acte doit de plus préciser que si une date de célébration n'est pas fixée dans les 48 heures, vous saisirez le président du tribunal de grande instance qui le condamnera à célébrer le mariage
    • pour préparer la sommation interpellative, vous pouvez demander conseil à un avocat ou à l'huissier lui-même ; ces services sont payants
  3. Si la sommation interpellative reste sans effet, il faut assigner le maire devant le juge des référés pour faire constater que son refus de célébrer le mariage constitue une voie de fait.
    • est constitutif d'une voie de fait le refus de célébrer un mariage sans motif légitime : le maire, en ce cas, a abusé de son pouvoir
    • le juge compétent est le juge des référés qui est le président du tribunal de grande instance du lieu où doit être célébré le mariage
    • vous pouvez agir sans avocat ; il vous est toutefois conseillé d'en prendre un
    • le juge des référés pourra ordonner au maire de célébrer le mariage sans délai
    • vous pouvez demander une astreinte, c'est-à-dire qu'à défaut de célébration du mariage dans les délais, le maire sera condamné à payer une somme d'argent par jour de retard
    • vous pouvez aussi agir devant le tribunal de grande instance "au fond" : en ce cas, il ne s'agit pas d'une procédure en référé
      • la procédure est plus longue (1 an à 2 ans)
      • vous êtes obligé de prendre un avocat
      • mais vous pouvez obtenir des dommages et intérêts (que vous ne pouvez pas demander devant le juge des référés)
    • pour que votre mariage soit rapidement célébré, nous vous conseillons d'agir en référé
    • Le refus d'un maire de célébrer un mariage en raison de l'irrégularité du séjour du futur conjoint constitue une voie de fait qui engage la responsabilité du maire (TGI Valence, référé, 8/11/02, n°02/00513).

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Un tiers peut-il s'opposer au mariage ?

  • Oui, mais seulement le procureur de la République, les parents des mariés ou un conjoint non divorcé.
  • Ils ne peuvent s'opposer au mariage que pour les motifs suivants :
    • pour défaut de consentement d'un époux (mariage blanc, violences, menaces, ...)
    • pour fraude à la loi
  • Ils ne peuvent valablement s'opposer au mariage en raison de la situation irrégulière d'un des futurs époux.

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Le mariage avec un étranger en situation irrégulière fait-il encourir un risque à son conjoint ?

Non

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Le mariage blanc : qu'est-ce ?

  • Il s'agit d'une simulation de mariage (mariage fictif).
  • C'est un mariage auquel les époux ont consenti sans intention réelle de vivre ensemble, de fonder un foyer.
  • C'est le cas si le mariage a eu pour but exclusivement l'obtention d'un titre de séjour ou de la nationalité française.
    • pour être un mariage blanc, il faut que l'intention d'obtenir le titre de séjour ou la nationalité française soit le seul but du conjoint étranger

  • Le mariage de complaisance est un délit. Le fait de contracter un mariage aux seules fins d'obtenir, ou de faire obtenir, un titre de séjour constitue un délit puni de cinq ans d'emprisonnement et de 15.000 € d'amende (article L. 623 - 1 du CESEDA)

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Comment peut-on découvrir le mariage blanc, et que se passe-t-il ?

  • Avant le mariage :
    • le maire peut alerter le procureur de la République s'il vous soupçonne de vous marier sans intention réelle de vivre ensemble
      • cependant, il est difficile à ce stade d'établir que vous n'avez pas l'intention de fonder un foyer
      • le maire et le procureur de la République se baseront donc sur des présomptions
    • que peut faire le procureur de la République ?
      Il peut mener une enquête, reporter la célébration de votre mariage, s'opposer à la célébration de votre mariage ou vous laisser vous marier. Cliquer ici pour avoir plus de précisions
  • Après le mariage :
    • comment peut-on découvrir le mariage blanc ?
      Par la dénonciation ou par une demande d'annulation : toute personne peut dénoncer un mariage blanc au procureur de la République (y compris l'un des époux qui souhaiterait se délier du mariage)
    • que se passe-t-il alors ?
      • le procureur de la République mène alors une enquête
      • s'il y a absence de communauté de vie entre les époux, le procureur conclura sans doute qu'il y a mariage blanc
      • en ce cas, le mariage peut être annulé
      • Le fait de contracter un mariage aux seules fins d'obtenir, ou de faire obtenir, un titre de séjour constitue un délit puni de cinq ans d'emprisonnement et de 15.000 € d'amende (article L. 623 - 1 du CESEDA)

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Quelles sont les sanctions encourues ?

  • Le conjoint étranger dont le mariage est annulé risque de se voir retirer son titre de séjour s'il l'a obtenu en raison d'un mariage franduleux.
  • Le fait de contracter un mariage aux seules fins d'obtenir, ou de faire obtenir, un titre de séjour constitue un délit puni de cinq ans d'emprisonnement et de 15.000 € d'amende (article L. 623 - 1 du CESEDA).
  • Les filières organisant des mariages blancs peuvent être poursuivies pour faux en écriture privée et/ou publique

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Quelles sont les conséquences du mariage pour le conjoint étranger d'un Français ?

  • Au regard du séjour en France : cliquer ici
  • Au regard de l'acquisition de la nationalité française :
    • si le conjoint étranger est en situation régulière, il peut obtenir la nationalité française au bout de 4 ans de vie commune
    • si le conjoint étranger est en situation irrégulière, le mariage ne lui permet pas d'acquérir la nationalité française
  • Au regard des mesures d'éloignement du territoire :

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Y-a-t-il des conséquences pour un enfant issu du couple ?

Si l'un des parents est français, l'enfant est français.
Si les deux parents sont étrangers :
  • l'enfant est français s'il est né en France et si l'un de ses parents est également né en France
  • sinon il est étranger. S'il est né en France, il peut acquérir la nationalité française par manifestation de volonté entre 16 et 20 ans
  • Si l'enfant est né avant le mariage :
    • le mariage entre ses parents ne change pratiquement rien dans sa vie quotidienne
    • par contre, ce mariage a des conséquences juridiques sur l'enfant :
      • avant le mariage, il s'agissait d'un enfant naturel (conçu hors mariage)
      • l'enfant naturel n'a pas les mêmes droits que l'enfant légitime
      • le mariage légitime l'enfant (qui est dès lors considéré comme un enfant légitime, conçu pendant le mariage, et qui lui confère les mêmes droits), ce qui peut avoir des conséquences sur :
        • le nom de l'enfant : il porte désormais obligatoirement le nom de son père
        • l'autorité parentale : éducation, prise en charge...
        • la succession des parents
        • ...
  • Si l'enfant est né après le mariage :
    • il est légitime (tout comme un enfant issu de parents français)
    • le mari est présumé être son père

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Le mariage peut-il être remis en cause, une fois célébré ? par qui ? pourquoi ?


Oui, le mariage peut être annulé.
  • En cas de : mariage blanc, défaut de consentement, impuberté, bigamie, polygamie, inceste, absence de publication de bans, incompétence territoriale du maire, identité de sexe, ... :
    • ce sont des cas de nullité dite absolue
    • toute personne qui y a intérêt peut demander la nullité
    • le délai est de 30 ans pour en faire la demande
  • En cas de : mariage célébré en fraude à la loi, vice du consentement, erreur, violences, défaut du consentement familial pour le mineur ou le majeur en tutelle ou curatelle, ... :
    • ce sont des cas de nullité dite relative
    • seuls l'époux de bonne foi ou le procureur de la République peut en demander l'annulation
    • en cas de fraude à la loi, la demande doit être formée dans l'année qui suit le mariage (art. 190-1 c. civ.)
      Dans les autres cas, la demande doit être formée dans un délai de 5 ans à compter du mariage.
  • Quelles sont les conséquences ?
    • le mariage est annulé, c'est-à-dire que l'on considère qu'il n'a jamais eu lieu
    • vous n'êtes donc plus marié
    • les enfants d'une telle union conservent leurs droits (ils demeurent des enfants légitimes)
    • l'époux de bonne foi garde les avantages que lui procure le mariage, jusqu'à son annulation (notamment il conserve ce que l'autre a pu lui donner, tandis que l'époux de mauvaise foi devra rendre ce qu'il aura reçu ; il peut même payer des dommages et intérêts)
    • le titre de séjour du conjoint étranger lui est retiré, s'il l'a obtenu en fraude de la loi
    • Le fait de contracter un mariage aux seules fins d'obtenir, ou de faire obtenir, un titre de séjour constitue un délit puni de cinq ans d'emprisonnement et de 15.000 € d'amende (article L. 623 - 1 du CESEDA)

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Le titre de séjour obtenu par le conjoint étranger peut-il lui être retiré ? de même de sa nationalité française ?

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Que peut-on faire en cas de violences commises par le conjoint ?

  • En cas de violences conjugales commises par votre conjoint, vous pouvez obtenir un titre de séjour mention "vie privée familiale" ou son renouvellement (art L 313-12 et L 431-2 du CESEDA).
  • Vous pouvez l'obtenir même si vous êtes en possession d'un visa, avant même d'avoir obtenu votre titre de séjour, si les violences ont eu lieu dès votre arrivée en France. Vous pouvez également obtenir le renouvellement de votre titre de séjour en cas de violences conjugales.
  • La loi prévoit que vous pouvez obtenir le titre de séjour si la communauté de vie a cessé en raison des violences conjugales
  • Il faut démontrer les violences conjugales : certificats médicaux, main courante, plainte au commissariat de police, jugement de condamnation, témoignages...

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Le conjoint étranger peut-il être éloigné du territoire s'il est marié à un(e) Français(e) ?

(Cliquer ici pour obtenir des renseignements précis sur les mesures d'éloignement du territoire)

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Le conjoint étranger peut-il être éloigné du territoire s'il a un enfant résidant en France ?

(Cliquer ici pour obtenir des renseignements précis sur les mesures d'éloignement du territoire et les cas de protection contre ces mesures d'éloignement)

  • Oui
  • Le conjoint étranger est protégé contre l'expulsion et une OQTF si :
    • l'enfant est français et si
    • le conjoint étranger subvient à ses besoins depuis sa naissance ou au moins 1 an
L'étranger n'est cependant pas protégé dans certains cas d'expulsion : condamnation à une peine de prison ferme au moins égale à cinq ans, ou nécessité impérieuse.
Si les deux parents sont étrangers :
  • si l'enfant est né en France ainsi que l'un de ses parents, il est français dès sa naissance. Si le parent étranger subvient à ses besoins depuis sa naissance ou au moins 1 an, il ne peut être éloigné.
  • si l'enfant est né hors de France ou si ses parents sont tous deux nés à l'étranger : l'enfant est étranger à sa naissance
    S'il est né en France, il peut demander la nationalité française entre 16 et 21 ans par la manifestation de volonté ; à défaut, il demeure étranger.
  • mais dans ce cas, s'il acquiert la nationalité française, il est à un âge (entre 16 et 21 ans) où en principe, les parents n'exercent plus leur autorité parentale et ne subviennent souvent plus à ses besoins : les conditions de protection contre l'éloignement ne sont donc pas réunies
Si l'un des parents est français, l'enfant est français dès sa naissance.
Si le conjoint étranger exerce sur l'enfant l'autorité parentale ou subvient à ses besoins, il ne peut pas être expulsé ou reconduit à la frontière.
  • Par ailleurs, vous pouvez vous prévaloir de l'art. 8 de la CESDH, et de l'art. 9 de la Convention des Nations Unies des Droits de l'Enfant selon lequel "Les États veillent à ce que les enfants ne soient pas séparés de leurs parents contre leur gré, à moins que cette séparation soit nécessaire dans l'intérêt de l'enfant", ou encore l'art. 3-1 de la même Convention.
    Notamment, il a été jugé dans des cas où l'enfant était placé en France auprès de l'aide sociale ainsi qu'il suit :
    • le Conseil d'Etat a confirmé l'annulation d'un arrêté de reconduite à la frontière pris contre la mère d'un enfant placé au motif qu'il portait une atteinte disproportionnée au respect de la vie privée (CE 3 nov 1997 Ben Wertouh)
    • pour des faites similaires, le tribunal de grande instance de Rennes a également refusé de condamner pénalement une mère pour non-respect d'un arrêté de reconduite à la frontière (TGI Rennes 13 juin 1994)
      Le tribunal a jugé qu'il y avait violation de l'art. 9 de la Convention des Nations Unies.
    • dans ces cas, le juge pour enfant n'avait pas été consulté. Or il est le seul compétent pour lever une mesure de placement d'un enfant et tant qu'il ne l'a pas fait, la mère ne peut pas librement quitter le territoire avec ses enfants.
  • Si une décision d'éloignement a été prise, vous pouvez exercer un recours :

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Que faire si le conjoint étranger fait l'objet d'une mesure d'éloignement du territoire qui n'a pas encore été exécutée ?

(Cliquer ici pour obtenir des renseignements précis sur les mesures d'éloignement du territoire)
  1. Le conjoint étranger peut exercer un recours contre la mesure d'éloignement s'il est encore dans les délais.
  2. En principe, il dispose d'un mois pour quitter la France.
  3. S'il reste en France malgré l'arrêté de reconduite à la frontière ou l'obligation de quitter le territoire
    • il est en situation irrégulière :
      • vous pouvez vérifier s'il peut éventuellement obtenir un titre de séjour ; sinon il est clandestin (sauf si sa situation change)
      • il peut être contrôlé par la police et faire l'objet d'une arrestation à l'occasion de laquelle :
        • il peut être amené devant les juridictions pénales
          Les sanctions sont aggravées du fait qu'il est resté en France alors qu'il aurait dû la quitter : il encourt une peine de prison de trois ans maximum et une interdiction du territoire de 10 ans maximum.
        • il peut être forcé de quitter le territoire
  4. Si au bout d'un certain temps, l'Administration n'a pas mis à exécution la décision d'éloignement : cliquer ici.

En résumé :

  • soit il peut obtenir un titre de séjour, et en ce cas il vit régulièrement en France
  • soit il exerce des recours
  • soit il ne peut pas être régularisé, et il vit dans la clandestinité
  • soit il repart dans son pays d'origine et il lui sera très difficile de revenir en France

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Que faire si votre conjoint étranger a été éloigné du territoire ?

(Cliquer ici pour obtenir des renseignements précis sur les mesures d'éloignement du territoire)

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Le mariage célébré à l'étranger

En cas de mariage à l'étranger, pour qu'il soit reconnu en France, certaines conditions doivent être remplies :

  • La cérémonie doit avoir été célébrée suivant les formes admises dans le pays.
  • La cérémonie doit avoir été précédée par la publication des bans en France (le consulat de France avertit les autorités compétentes en France).
  • Le mariage doit être transcrit sur les registres d'état civil au consulat de France
    Si les époux n'y procèdent pas à l'étranger, ils doivent le faire à leur retour en France en faisant leur demande à l'adresse suivante :
    Service de l'état civil de Nantes
    Ministère des affaires étrangères
    Direction des Français à l'étranger et des étrangers en France
    Sous-direction de l'état civil
    5 et 6, boulevard Louis-Barthou
    44035 NANTES CEDEX
    Tél : 02.40.67.63.21
  • Attention : le service de l'état civil français peut refuser la transcription s'il a des doutes sur la légalité de votre mariage.
  • Il peut saisir le procureur de la République.
    Le procureur de la République peut mener une enquête et demander l'annulation du mariage s'il constate une fraude à la loi ou un défaut de consentement.
    Dans le cas contraire, le procureur autorise la transcription de l'acte et vous obtiendrez un extrait de votre acte de mariage.

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Le mariage célébré par les autorités consulaires en France

  • Il est valable si les deux époux sont étrangers.
  • Il n'est pas valable si l'un des époux est français.
    Un Français doit être marié par le maire.
  • En cas de double nationalité, dont française, c'est la nationalité française qui l'emporte. Le mariage par une autorité consulaire étranger peut donc être déclaré nul (TGI Paris, 22/10/02, n°01/19101).

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Le préfet qui a connaissance de la situation irrégulière d'un des futurs époux peut-il prendre un arrêté de reconduite à la frontière ou une obligation de quitter le territoire avant le mariage pour empêcher la célébration ?

A priori non.

  • Non : de nombreux tribunaux ont considéré que le préfet n'était pas dans son droit pour les raisons suivantes :
    • violation de l'article 12 de la Convention Européenne des droits de l'Homme : "A partir de l'âge nubile, l'homme et la femme ont le droit de se marier et de fonder une famille selon les lois nationales régissant l'exercice de ce droit."
    • erreur manifeste d'appréciation (T.A. Strasbourg, 02/04/1993 Ouendeno c/ préfet du Bas-Rhin ; T.A. Versailles, 07/07/1993, Pereira Cabral c/ préfet de l'Essonne)
    • détournement de pouvoir : un préfet n'a pas le droit de prendre un arrêté de reconduite à la frontière pour empêcher un mariage (CE, 29/7/02, n°2378321)
    • en outre, il convient de vérifier que la personne éloignée ne fait pas partie des cas protégés
  • Attention :
    • une circulaire du 16 juillet 1992 demande aux procureurs de la République de veiller à ce que les préfets prennent des arrêtés de reconduite à la frontière lorsqu'ils ont connaissance de l'irrégularité du séjour d'un étranger et lorsqu'aucune infraction de nature pénale ne peut être relevée.
    • la question de savoir si le préfet peut prendre un arrêté de reconduite avant le mariage a souvent été débattue devant les tribunaux
    • certains tribunaux ont jugé que le préfet était dans son droit

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Que peut faire l'Administration si elle découvre avant votre mariage que vous êtes en situation irrégulière ?

  • En vous mariant, vous risquez d'alerter les autorités
    • les maires saisissent systématiquement le procureur de la République de tous les mariages mixtes (entre un étranger et un Français)
    • en effet, le maire ne peut pas s'opposer à votre mariage, et il ne peut pas vérifier lui-même votre situation ; mais il doit informer le procureur de la République s'il a connaissance d'un délit ou s'il a un doute sur votre intention de fonder un foyer.
    • or, le séjour irrégulier est un délit

  • Que peut faire le procureur de la République ?
    • avant votre mariage, le procureur peut faire mener une enquête,  reporter sa célébration ou vous laisser vous marier. Cliquer ici pour plus de précisions sur la procédure.
      • en tous les cas, le procureur de la République ne peut pas vous empêcher de vous marier en raison de votre situation irrégulière (il peut s'opposer à votre mariage, mais pour d'autres raisons : mariage blanc...)
      • si le procureur s'oppose à votre mariage au motif que vous êtes en situation irrégulière, vous disposez d'un recours devant le tribunal de grande instance, qui devra se prononcer dans un délai de 10  jours (en cas d'appel, il est statué dans les mêmes délais). Il faut prendre un avocat.
    • à tout moment, le procureur de la République ayant connaissance de votre situation irrégulière peut vous faire juger par les juridictions pénales

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Peut-on vous suspecter de mariage blanc avant le mariage, et que se passe-t-il alors ?

  • Le maire peut procéder à l'audition des futurs et il peut alerter le procureur de la République s'il vous soupçonne de vous marier sans intention réelle de vivre ensemble
    • cependant, il est difficile à ce stade d'établir que vous n'avez pas l'intention de fonder un foyer
    • le maire et le procureur de la République se baseront donc sur des présomptions
  • Que peut faire le procureur de la République ?
    Il peut mener une enquête, reporter la célébration de votre mariage, s'opposer à la célébration de votre mariage ou vous laisser vous marier. Cliquer ici pour avoir plus de précisions

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Quelles sont les conséquences d'un mariage entre deux étrangers ?

  • Dans certains cas, le mariage peut faciliter l'obtention d'un titre de séjour, notamment "vie privée et familiale".
  • Par contre, vous n'êtes pas protégé contre toutes les mesures d'éloignement du territoire français, du fait de votre mariage (sauf violation de l'art. 8 CESDH)
  • Le mariage entre deux étrangers ne facilite pas l'obtention de la nationalité française.
    Toutefois, la stabilité familiale, le fait de vivre avec une personne installée de longue date en France... sont des atouts pour la naturalisation.

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


Quelles sont les conséquences d'un mariage avec un ressortissant de l'UE-EEE si vous n'êtes pas communautaire ?

  • Au regard de l'entrée en France : un visa court séjour suffit (sauf dispenses) ainsi que votre passeport.

  • Au regard de votre séjour en France :

    • la délivrance d'un titre de séjour ne peut vous être refusée que pour des motifs d'ordre public
    • vous pouvez en principe l'obtenir même si vous êtes en situation irrégulière

Retour en haut de la page - Retour à l'index des thèmes - Retour à la page principale


© Carine et Serge DIEBOLT - "Droit pour Tous" - 2013